ESZ Dérapage

Tension extrême dans le giron zarzissien
Lundi 5 décembre, le milieu sportif à Zarzis a passé une journée mouvementée et la tension était à son paroxysme suite à la défaite de l’équipe et surtout aux incidents survenus au cours du match face à l’Etoile. En effet, les parties concernées se sont rejeté les responsabilités qui étaient à l’origine du laxisme constaté le jour du match et de la débandade qui s’en est suivie.
Réuni à chaud, le bureau directeur, qui a été fustigé, dimanche, par les spectateurs, a pris la décision de se retirer. «Livré à son sort, le CD ne peut plus continuer à travailler dans des conditions pareilles», dit Ali Oueriemmi, président du club.
«Tant que la sécurité n’est pas assurée, il est impossible de poursuivre le travail», enchaîne Khalil Chlendi, responsable de l’équipe senior. Face à une prise de position pareille, les milieux proches de l’équipe ont pensé au tournant qui compliquerait davantage la situation du club. Heureusement que le lendemain, le bon sens a eu le dessus et les membres du BD ont renoncé à la démission. Ils n’ont pas tort dans la mesure où la décision prise est jugée hâtive et irresponsable. Le moment n’était pas opportun. Le championnat est encore à son début. La réconciliation avec le public est tributaire d’un résultat positif. Il n’y a donc pas de raison de rendre le tablier, surtout qu’une longue trêve pointe à l’horizon.
Mardi après-midi, Noureddine Bourguiba et sa bande ont repris le chemin du stade pour préparer la prochaine rencontre face à l’OB. Les supporters se sont déplacés en grand nombre pour assister à la séance d’entraînement. Ils ont tenu à s’excuser auprès des joueurs et des responsables pour les écarts de conduite perpétrés au cours du match alors que le score était 1 à 1. La défaite est désormais oubliée.
Une bonne ambiance a régné pendant la séance et a motivé les joueurs et le staff technique qui ont redoublé d’efforts pour être fin prêts le jour J. Le volet psychologique n’était pas en reste. Les exercices physiques et tactiques étaient nombreux et variés. Tout le monde semble conscient de la situation que traverse l’équipe. «On n’a pas le choix, cette fois. On jouera hors de nos bases, loin de toute pression et nous ne devons pas rentrer bredouilles de ce déplacement qui ne paraît pas sans risque», nous dit Ksaïri.
Dix buts encaissés dans les trois dernières sorties, c’est énorme et cela donne beaucoup de soucis à Noureddine Bourguiba qui devrait revoir sa stratégie pour arrêter l’hémorragie. Pour cela, des changements s’imposent, soit au niveau du système de jeu, soit au niveau de la formation. Toutefois, au moment où l’équipe a plus que jamais besoin de la totalité de son effectif, le signe indien ne semble pas l’épargner puisque le groupe sera privé, ce dimanche, de son buteur Maher Ameur qui a totalisé 3 avertissements et de l’international nigérien Kofi, blessé à l’entraînement. Coup dur qui a plongé l’entraîneur dans un grand désarroi. «Espérons que les jeunes seront en mesure de les remplacer», nous confie-t-il, comme pour se consoler, avant d’ajouter: «Nous avons visionné notre dernier match et axé le travail sur les lacunes constatées. Tous les joueurs sont déterminés à se donner à fond et je suis certain qu’ils ne vont pas lésiner sur l’effort».

Maher Ameur et Kofi, deux absences de taille

Pour ce qui est du onze rentrant, dans la cage, et malgré les trois buts encaissés contre l’ESS, le jeune Hamza Addala n’a pas démérité. Et sans sa bonne prestation, la note aurait été plus lourde. Il sera donc reconduit dans les bois.  Mais  le flanc droit de la défense et la zone médiane subiraient des changements avec la titularisation du jeune Smaâli et du Libyen Essid. Ajouter à cela l’incorporation de Malek Bhar à la place de Kofi et Boudafra pour suppléer Maher Ameur à la pointe de l’attaque.

Formation probable:
Addala, Smaâli, Bhar, Bouslimi, Ksaïri, Idrissi,  Khouildi, Essid, Belhaj, Oueriemmi, Boudafra.

Auteur : Dhaou MAATOUG

Ajouté le : 17-12-2011

la presse Tunisie

 
This site is protected by WP-CopyRightPro