Après CA-ESZ (0-0)

Ben Chikha : «Le déclic tarde à venir» – Gheraïri : «Nous avons joué selon nos moyens»Le CA n’a qu’à s’en vouloir à lui-même d’avoir gaspiller de nombreux points depuis le début de l’actuel exercice. De toute façon, samedi en match avancé de la 9ème journée du championnat, les camarades de Dhaouadi n’ont rien fait pour mériter la victoire. Leur prestation a été futile et loin de nous rappeler le CA d’antan.
Manque de coordinationLa prestation des clubistes face à l’espérance de Zarzis a laissé beaucoup de points d’interrogations, surtout au niveau du volume de jeu et de la complémentarité entre les différents compartiments. En effet samedi le CA a manqué de coordination entre ses trois lignes et cela Abdelhak Ben Cheikha l’a reconnu dans sa déclaration d’après match en disant que déjà face à l’USM ses joueurs ont donné plus de 60 passes à l’adversaire et face à l’ESZ et malgré u léger mieux, beaucoup de travail reste à faire pour « huiler » les automatismes et conforter les assises de l’équipe. Durant les trois quart de la rencontre les clubistes ont dominé leur vis-à-vis, sans toutefois parvenir à créer le danger devant les bois gardés par Naouali, qui n’a pas eu à s’investir outre mesure pour enrayer les tentatives adverses. Les clubistes ont certes essayé de s’appliquer, mais leur jeu a pêché de profondeur, et leurs tentatives se sont curieusement arrêtées au niveau de l’entrée de la surface de réparation

Là encore l’entraîneur clubiste reconnaît que ses joueurs ont manqué de lucidité devant la cage adverse et n’ont pu aller de l’avant pour marquer le but libérateur qui aurait pu donner une autre tournure à la rencontre.

Concentration

Il faut dire aussi que l’adversaire était bien concentré sur son sujet, et le bloc défensif adopté par les zarzissiens a été un problème insoluble pour les clubistes. Les « sang et or » du Sud qui se sont distingués plus d’une fois auparavant face au CA à Tunis même, ont adopté une tactique de jeu basée sur le renforcement de l’entrejeu et la fermeture des espaces sur les côtés afin de stopper les deux latéraux clubistes. Ainsi les Mnafeg puis Belhaj, Dergaâ, Donko et Abbés ont formé un rideau défensif que ni Dhaouadi ni Mouihbi et encore moins Ziadi n’ont pu franchir pour aller porter le danger devant la cage de Naouali. Pour Ghazi Gheraïri, l’ESZ a évolué selon ses moyens, ajoutant que son équipe ne pouvait s’aventurer en attaque face à un adversaire du calibre du CA, capable d’exploiter la moindre erreur.

Absence de solution

Pourtant l’ESZ n’a pas jouer le catenaccio à outrance, il y avait dans ses mouvements une volonté de surprendre l’adversaire qui a concédé de larges espaces que les Slama et Sylla auraient pu en profiter. D’ailleurs ce dernier a eu à deux reprises le but au bout des crampons mais a manqué de lucidité devant les buts de Ben Ayoub. Gheraïri regrette d’ailleurs que son équipe ne disposait pas d’atouts offensifs plus solides pour prétendre disposer d’une équipe comme le CA.

Toujours est-il que si l’ESZ a gagné samedi un point, le CA a perdu deux de plus et beaucoup de travail attend Ben Cheikha afin de remettre de l’ordre dans une équipe qui manque d’arguments à l’entrejeu et surtout au niveau de l’attaque. Le CA n’a pas encore marqué le moindre but sous l’aire de Ben Chikha.

M. Rached

le temps Mardi 06 mars 2012