الرئيسية / مدينة جرجيس / الرياضة بجرجيس / Après ESZ-ESS (2-3) – Le président zarzissien Ali Oueriemmi dépité

Après ESZ-ESS (2-3) – Le président zarzissien Ali Oueriemmi dépité

« Je n’en peux plus »

C’est le moins que l’on puisse dire après les incidents qui ont émaillé le déroulement de la partie – heureusement sans gravité- juste après le second but des Etoilés survenu à la 66ème minute contesté par les locaux car joué subitement avant le sifflet du référée Rahmouni au moment où ce dernier , la main en l’air reculant le mur.
Ali Oueriemmi , tout en ayant été consterné par la prestation de l’arbitre n’a pas digéré la réaction hostile des fans de son équipe ou plus précisément une partie irresponsable à son égard allant jusqu’aux injures et aux propos blasphématoires ” C’est fini, nous apprit-il à chaud, je n’en peux plus, j’arrête avant d’ajouter je vais réunir en urgence et nous prendrons les décisions adéquates; que veulent ces énergumènes qui nuisent à l’image de l’équipe et de l’éthique sportive? Pourtant nos joueurs ont fourni une prestation des plus honorables, la meilleure depuis l’entame de l’actuelle saison .”

Un mental à soigner

En effet, même si des renforts s’imposent au cours du prochain mercato afin de pallier aux faiblesses constatées, c’est surtout le mental du groupe qui doit être soigné; l’ensemble zarzissien a démontré sur ce plan une carence criarde, notamment après le second et le troisième buts des sahéliens en seconde mi-temps; les joueurs parurent résignés , manquant de jus et de force, se contentant de courir derrière une balle, une situation qu’ils ne maîtrisaient plus. Noureddine Bourguiba le directeur technique du club et actuel provisoire coach a du pain sur la planche. Pour ce qui est des aspects technico-tactiques, disant que le groupe sudiste s’est montré meilleur que lors des précédentes sorties; les lignes et les joueurs ont fait preuve de plus d’application et de volonté- si on excepte bien sûr la seconde partie de la deuxième mi-temps – Cependant cela ne suffit pas pour aspirer prendre le dessus sur une équipe telle que l’étoile; les ténors des sang et or du sud, Sadok Oueriemmi, Hamdi Jebnoun et surtout Charfeddine Belhaj ayant été amorphes et très en petite forme.

HEDI OMRANI

le temps Tunis

Tunis – Mardi 13 décembre 2011