Charba al Khwa

Cette collation traditionnelledans le sud Tunisien, se prend le matin ou pendant le « gouté » de l’après midi. Composé de farine de Helba (blé + fenugrec) diluée dans l’eau ou le jus de palmier et assaisonner d’un peu d’huile d’olives. La Charba se fait aussi avec la farine de Sorgho et dans les deux cas peut être adoucie avec du sucre ou du miel. Dans les familles, on offre souvent ce met aux visiteurs qui arrivent entre les heures de repas…ce qui lui donne une valeur importante effective. Il y a aussi plusieurs anegdotes, boutades, blagues au sujet de la Charba. « Visage de Charba » pour les gens qui portent les traces du pots sur le front qui sont restés lors de l’ingurgitation, ou encore pour la couleur fade et délavée de certains visages couleur « Charba ». La mère de famille qui en allant à une Jehfa sur la charrette ou la camionnette, en train de crier à son fils « La Helba est dans le Jrab, faites vous une Charba, toi et ton pére ». « Oumma dirili charba walla sfifaa bizzit » « Wlidi mahnech el helba mak taw kif etghadditt ». Pour le pedigree et l’historicité du parcours de cette collation intégrée, locale, générale, sociale et à la porté de presque toutes les couches sociales et qui peut être un recours pour les pauvres, elle est plutôt liée aux paysans et agriculteurs sémi sédentaires. Toutefois, elle ne peut égaler la Zoumita, qui peut être un met complet et adopter par tout le monde et surtout les actifs sur les champs de travail en mer et sur terre. « Zid il mi, Zid edguig » ajoute de l’eau ajoute de la farine….Zid de l’eau, ajoute de la Helba…
Lihidheb mohsen 20.09.13