الرئيسية / جرجيس Zarzis / De Metameur à Rass Marmour

De Metameur à Rass Marmour

Comme chaque Dimanche ou presque, selon mon humeur, ma prédisposition et la jonction de mon mouvement vers plusieurs endroits à la fois, je suis allé faire un bain de foule dans le souk de Medenine, à fouiner dans la brocante de Paris, les pacotilles de Tripoli et les ustensiles anciens du patrimoine local….C’était la période du retour des émigrés en Europe et qui se débarrassaient de leurs « marchandises » minables à des prix raisonnables pour une clientèle crédule et impressionnable. Les préparatifs à la rentrée scolaire battaient son plein et les gens s’affairaient sérieusement autours des dizaines de vendeurs de livres scolaires usagés. En tant que lecteur assidu en quatre langues et président de l’association des amis du livre, j’étais très ému par cette récupération et cette solidarité populaire et intelligente entre les pauvres pour le savoir et l’épanouissement. Juste à coté d’une « Nasba », j’ai remarqué une jeune garçon de sept ans, seul accroupis sous la carcasse d’un palmier, portant un chapeau de paille et tenant dans la main un sac en plastique laissant paraitre quelques livres et cahiers. J’étais hypnotisé par cette image merveilleuse, que j’ai prise discrètement en photo, pour éterniser cette prophétie et cet investissement social multilatéral. D’ailleurs, j’ai souvent trouvé de bons livres dans ce marché, de Rousseau, Joyce, Kafka…dont plusieurs étaient en Allemand et Anglais, langues que je pratique normalement. Plus loin, attiré par deux récipients cylindriques très anciens en papier mâché, qui auraient servi pendant la deuxiéme guerre mondiale et pendant que je les examinais et demandais le prix, j’étais surpris de constater un petit hérisson à l’intérieur de l’un des deux petits futs et le vendeur m’expliqua que la bestiole est aussi à vendre malgré qu’il a été commandé par quelqu’un pour des médications traditionnelles. La petite bête s’agrippait inlassablement à la paroi et cherchait à se libérer. Avec son museau en l’air, ses petits yeux noirs et deux points de « beauté » en parallèle sur le front blanc de duvet, il était très joli et agréable à voir. J’ai tout de suite pensé au sort qui lui serait réservé à mijoter dans une marmite pour une potion médicinale abracadabrante et décida de l’acheter et le sauver à tout prix. Ainsi, l’hérisson « Gnifid », et moi, sommes rentrés cahin caha, vers Zarzis, dans l’hilarité et la joie, accompagnés quelques fois de musique douce et de ma part des crises de rire et brouhahas pour fêter la liberté et vivre le moment comme il se doit. J’ai l’habitude de « trimbaler » des petites bêtes entre les régions pour encourager la diversité et ouvrir d’autres horizons. Un caméléon de Rsifett a été convoyé à Ejderia, des araignées vers l’Île de Djerba, des chiens dans toutes les directions et les régions, des noyaux de dates au gré de ma consommation, des semences et pollens dans mes babouches et haillons… J’ai aussitôt annoncé mon compagnon aux faceboukeurs, qui réagirent favorablement et certains même lui proposèrent l’accueil et l’adoption. C’était très gentil de leur part, mais la liberté n’a pas de prix et changer un destin par un autre réducteur et incertain serait inconcevable. En attendant, j’ai donné au « Gnifid » un fruit de figue de barbarie épluché, un peu d’eau et quelques petits poissons séchés, mais seul le fruit avait disparu le lendemain. Ma femme avec son oreille de félin, était intrigué tard dans la nuit par un bruit discontinue, que je n’ai pu confirmer à cause de ma surdité naissante avec l’âge, mais quand tôt le matin je suis allé voir mon ami, il lançait encore des cris stridents, une sorte de sifflements intermittents d’un arbitre excédé et catégorique devant autant de « Leeb Selbi » jeu collectif négatif. Sur une colline broussailleuse en face d’une mer bleue azur et des bouquets de palmiers majestueux, j’ai déposé mon ami, à même le sol tout pré d’un arbuste épineux qui pourrait lui servir d’abri en cas d’attaque en piqué d’hibou ou d’aigle pendant qu’il est encore recroquevillé. Je suis resté longtemps à observer ses battements de cœur à travers le mouvement des ses épines jusqu’au moment où il commença à montrer son petit museau noir étrangement mouillé et renifleur, sortant de son hibernation précoce et forcé. Sur la colline les passants et les touristes regardaient cet homme seul en train de fixer le sol, sans qu’ils aient le courage ou la curiosité de venir demander, peut être à cause de ma corpulence dissuasive. Quand l’hérisson « Gnifid » s’est remis sur les pieds, j’ai commencé par l’encourager à partir dans les broussailles, ce qu’il fit, paresseusement, me laissant, le temps de le photographier et le filmer à mon aise. Au revoir mon ami Temri « de Métameur », bienvenu dans cette oasis maritime de Souihel, là où tu trouveras certainement une taupière à la dimension de tes espoirs et la dimension de la liberté et du bien être.
Lihidheb mohsen 05.10.13