الرئيسية / جرجيس Zarzis / Emir Belarbi Bechir

Emir Belarbi Bechir

L’Emir Ben Larbi Béchir C’était l’initiative de mon éditeur, pour une cérémonie de signature d’auteur, de mon premier livre sur le silence de la mer. C’était amer, le sujet, sur les clandestins disparus et naufragés, mais le fait d’avoir brisé le blocus et le blocage, à mes écrits et mes ouvrages, grâce au tourbillon de la révolution, est un événement important. Organisée avec une association, qui avait étrangement, sans prévenir fait l’absent, dans un fameux restaurant réputé pour ses poissons, cette cérémonie, était une première dans le domaine et la matière. Plusieurs amis, sont venus dont certains informés par facebook, d’autres par l’éditeur ou le restauratueur, des Allemands, des Français, des Suisses, des Italiens…des Tunisiens et des Tunisnennes aussi , des intellectuels, connus à Zarzis et ailleurs. Une quanrantaine de personnes, assez suffisant par la qualité de leur engagement pour la culture, l’humanitaire et le social dans note pays. N’ayant pas participé à l’organisation de la cérémonie, je me suis limité à amener avec moi, mon frére Jaafar, émigré en Allemagne et mon grand ami de toujours Belarbi Béchir, un brave type, presque aveugle, pére de cinq enfants dont deux malades chroniques, ouvrier débrouillard, qui aurait creusé au moins trois cents citernes en trouant carrément la terre de ses mains perforeuses. Je l’ai présenté aux participants et me suis occupé de lui comme il se doit, pour une personne mal voyante et peu habituée à ce genre de lieux. La présentation de mon livre « Mamadou et le silence de la mer », la discussion et les débats se sont très bien passés et plusieurs personnalités ont pris la parole pour defendre leurs points de vues au sujet douloureux de l’émigration clandestine. Une Dame avait aussi crié manifestement la nécessité de garder nos enfants chez nous, car l’Europe est saturée et ne peut plus supporter d’autres émigrés, sans que personne ne s’est offusqué de cette partisane de la départimentalisation des humains dans des tiroirs étanches. A la fin, Monsieur le directeur de la maison de culture fit un discours et m’offrit un certéficat, Monsieur le directeur de la Bibliothéque fit de même, Monsieur Hassan Filali inspecteur de français, parla longuement de la relation de Boughmiga avec les établisements scolaires et le corps enseignant et mon éditeur, le grand Amor Benhamida, penseur, auteur et philanthrope, eut l’idée géniale de m’offrir un olivier, comme il se doit pour un Akkari, digne de ce nom et chevalier de la terre et la mer en même temps. Tout de suite après, j’ai lu un poéme « la baie des esclaves » que j’avais écrit depuis quelques années, au sujet de cet endroit de la plage réservé autrefois aux anciens esclaves de Zarzis, que j’ai remis à l’un des mes amis noirs présents, pour qu’il le remette au restaurateur, dans un geste implicite de libération définitive méritée et de rappel de droit sur cet endroit. En sortant du restaurant, à Sidi kbir, l’émir Béchir n’était pas là et personne ne put me renseigner sur son absence, car je voulais honorer sa participation dans la compassion et certaines actions à la mémoire des naufragés morts dans le mer dont l’enterrement avec respect de parties de corps humains trouvés. Il me raconta plutard qu’il était sorti de la salle pour repondre à un coup de fil, mais pour y revenir il avait peur de bousculer les Dames présentes et préféra se retirer en Taxi couteux vers sa maison. Pour attenuer ma colére, je l’ai invité à ce qu’il plante lui-même l’olivier offert, par ses mains de sagesse et de création et que sa « Baraka », puisse attenuer la violence des hommes pour une paix durable. Ainsi est fini, la cérémonie, grace à Amor mon ami, sans tapage ni bruit, avec un minimum requis, mais un grand souffle de compassion et de solidarité invisti, dans la conscience humaine collective, pour un monde meilleur.

Lihidheb mohsen Zarzis 29.05.2013