الرئيسية / جرجيس Zarzis / Les principaux sites historiques de Zarzis

Les principaux sites historiques de Zarzis

Les site de “La Grotte” (ancienne huilerie) ou le musée privé d’El Hafi :

C’est une grotte qui a servi depuis plusieurs siècles comme huilerie, où l’on peut encore découvrir la méthode ancienne employée pour écraser les olives avec une meule actionnée par un dromadaire. La grotte a été creusée à mains d’hommes dans une terre rocailleuse sur le site de Ksar Zaouia situé entre la mer et les champs d’olives et elle est restée en état depuis cette époque. Cette huilerie servait pendant trois mois à presser les olives pour produire l’huile et le reste de l’année pour conserver et vendre cette huile. La fabrication de l’huile se déroulait en deux étapes :
* Ecrasement des olives .
* Séparation de l’huile de la pâte.
Autrefois, on payait avec des grignons ou bien avec de l’huile. Le propriétaire actuel a installé dans cette grotte un musée afin de transmettre les usages et coutumes de la presqu’île de Zarzis . Ce musée est ouvert au public tous les jours de la semaine de 7 h du matin à 18 h .

Le site de «Chammakh»

Le site archéologique de Chammakh est situé à 13 km au Nord de Zarzis, il est sur la route MC 117 reliant la ville de Zarzis à l’île de Djerba. Chammakh fut victime de l’expansion urbaine, de sorte que la cité actuelle est construite sur les traces de la ville antique. En 1909, les militaires français ont découvert une stèle latine gravée, son texte révélant que le Proconsul a ordonné en 113 après J-C l’édification du capitole de Chammakh. De part et d’autre de la route et devant certaines maisons, on peut voir aujourd’hui les décombres de certaines fortifications de Zarzis .

Le site de «Borj El Bibane»

Il a été signalé dans le livre d’explorateurs et géographes grecs et romains. D’après le «Statisme de la grande mer» (paru à la fin du II siècle après J-C) le fort se serait appelé «Zencharis» ; selon d’autres sources, on l’appelait «Præsidium» et il avait pour objectif le contrôle du lac et surtout celui des voies maritimes et terrestres utilisées par les marchands de sel .