الرئيسية / Sud-Est Le même son de cloche

Sud-Est Le même son de cloche

 Les semaines se succèdent et se ressemblent dans les villes du gouvernorat de Médenine. Les sit-in et les incidents sur la frontière avec la Libye sont devenus quotidiens.
A Zarzis, en dépit des avertissements qui leur ont été adressés à la fin de la semaine écoulée, les diplômés du supérieur, toujours sans emploi, n’ont pas l’air de mettre fin à leur sit-in. Hier matin, ils ont pris place devant le siège de la Banque nationale agricole, empêchant les fonctionnaires et les clients d’y accéder. Ils étaient un peu plus nombreux que la semaine dernière. Il y a eu des altercations entre des clients venus pour régler une procédure bancaire urgente ou retirer une somme d’argent et certains protestataires, sans pour autant en venir aux mains. La stagiaire nommée à Zarzis et à laquelle s’opposent les sans-emploi a été affectée à Tunis, avons-nous appris, mais l’institution bancaire est toujours fermée.
Dans la délégation d’Ajim, le sit-in observé conjointement par les habitants de Guellala et Wersighen pour exprimer leur mécontentement contre l’emplacement de la décharge publique, se poursuit pour la deuxième semaine consécutive. La visite de la ministre de l’Environnement à l’île, accompagnée du gouverneur de Médenine et du directeur général de l’Agence des gestions des déchets, n’a pas résolu le problème. Les  protestataires ont exigé une note écrite qui mentionne clairement la fermeture définitive de ce dépotoir municipal qui a pollué toute la zone, avant de lever leur sit-in. Les responsables, pour leur part, ont promis d’introduire des aménagements à cette décharge et d’étudier profondément la question pour lui trouver une solution radicale. Une proposition qui a été refusée par les manifestants, un peu déchaînés, puisqu’ils ont tenté d’empêcher, provisoirement, les responsables de quitter la circonscription municipale de Guellala où se tenait la réunion. Finalement, ils ont décidé de pousuivre leur sit-in. Et suite à l’incident survenu hier entre des douaniers et des chauffeurs de camions qui voulaient se rendre en Libye, sans se conformer aux procédures d’usage, ainsi qu’à la décision prise par le directeur général de la douane, selon laquelle les agents douaniers originaires de Ben Guerdane seront affectés au point kilométrique 14, les agents douaniers exerçant sur la route qui mène à Ras Jédir et au poste frontalier ont porté le brassard  rouge, hier matin. Ils protestent contre les décisions hâtives prises par la direction générale de la douane, de temps à autre, à leur encontre;  ce qui complique leur mission.

Auteur : Dhaou MAATOUG

Ajouté le : 11-04-2012
LA PRESSE TUNIS