الرئيسية / أخبار محلية / Zarzis Un business rentable

Zarzis Un business rentable

 Une semaine après le retour définitif des réfugiés libyens, un exode d’une nouvelle forme a pris d’assaut les villes frontalières du sud tunisien et notamment Zarzis, Ben Guerdane, Médenine et Tataouine. Il s’agit, cette fois, d’une clientèle libyenne friande de voitures d’occasion, en provenance d’Europe. Un phénomène qui a offert un alléchant débouché aux samsara tunisiens et libyens , depuis le mois de septembre.
Un commerce juteux qui se poursuivra, nous dit-on,  jusqu’à la fin de l’année en cours, selon les autorités libyennes.
En effet, dans chaque quartier et devant chaque café, il y a pratiquement un marché de voitures d’occasion étrangères, principalement les «allemandes». Mais, le plus grand point de vente reste toujours le souk de Ben Guerdane, ville qui affiche complet chaque matin.
Outre les 4X4 et les Golf très prisés par les clients aisés, les jeunes et les dames, ainsi que les voitures japonaises très demandées par les petites bourses, les grosses cylindrées comme les BMW et les Mercedes surtout constituent le principal de l’offre sur ce marché. Et l’agitation est à son comble quand arrive un véhicule de ce genre qui ne passe pas inaperçu. A peine le conducteur parque-t-il son bolide qu’il est assailli par la foule des intermédiaires qui l’interpellent pour s’enquérir du prix de sa marchandise.
A Zarzis, en face de l’Office national de l’huile, à l’entrée du centre-ville, se retrouvent dans un café les samsara et les marchands professionnels aguerris au marchandage.Attablés par groupes de trois, ils gardent un œil sur les voitures garées dans les environs et l’autre sur leurs téléphones portables. Ce sont eux qui font et défont les cours du marché, au grand dam des vendeurs occasionnels et des acheteurs néophytes; ce business a fait travailler les six arrondissements municipaux, à Zarzis, pour la légalisation des contrats de vente et parfois d’autres documents scellant des arrangements entre vendeurs et acquéreurs. A ce propos, 140 contrats de vente ont été signés au premier arrondissement du centre-ville, au cours des mois de septembre et octobre. Alors qu’à Ben Guerdane, le nombre a atteint 481 contrats, au centre-ville seulement, pour la même période.
Dhaou MAATOUG
Ajouté le : 16-11-2011
la presse tunis